Home Livres

Pour le Mois de l’histoire des femmes : les romans célèbrent les pionnières | Livres

ADVERTISEMENT

Tout au long de l’histoire, les contributions des femmes aux arts et aux sciences, à leurs communautés et à leurs pays ont souvent été passées sous silence ou ignorées. Ces œuvres de fiction historique bien documentées célèbrent leur courage, leurs réalisations et leur esprit combatif.

LA LIBRAIRIE PARISIENNE

En 1919, Sylvia Beach ouvre Shakespeare and Company, la première librairie de langue anglaise à Paris. Elle est célébrée aussi comme l’éditeur original de Joyce’s Ulysse, le livre autrefois interdit, aujourd’hui considéré comme l’une des plus grandes œuvres du XXe siècle. Maher réinvente vivement l’indomptable Beach, qui a lutté pendant des années pour obtenir Ulysse publié et même trouvé des moyens de le faire passer en contrebande aux États-Unis après que les juges eurent décidé qu’il s’agissait de pornographie. La plage savait Ulysse était une œuvre d’art, et elle a persévéré même en étant rabaissée par les éditeurs (masculins) américains. Dans une scène poignante, Maher fait déclarer à Beach : « La censure n’est pas à la mesure de la démocratie. Ou de l’art », un commentaire qui sonne toujours vrai.

SŒURS DE LA NUIT ET DU BROUILLARD

Ce roman de la Seconde Guerre mondiale bascule entre les vies réinventées de deux femmes qui se sont battues sans peur avec des groupes de résistance pour ralentir la vague de domination allemande sur la France. L’Américaine Virginia d’Alberte-Lake a risqué sa vie à plusieurs reprises en aidant à faire sortir clandestinement des aviateurs alliés hors de France. Violette Szabo, une veuve et mère mi-française, mi-anglaise, a rejoint le Special Operations Executive britannique et a été formée comme saboteur et espionne avant de sauter en parachute en France pour combattre avec la résistance. Bien qu’elles ne se soient probablement jamais rencontrées lors de leur appel aux armes, les deux femmes ont finalement été arrêtées et détenues dans les mêmes camps de prisonniers allemands, y compris le tristement célèbre Ravensbrück. L’essence de ce roman déchirant s’applique à toutes les femmes que nous rencontrons dans ces œuvres de fiction historique : qu’il existe de nombreuses façons dont les femmes sont appelées à servir. « Les bonnes mères ne se ressemblent pas toutes », pense Violette pendant son incarcération, « pas plus que les bonnes filles, les bonnes épouses ou les bons agents. Elles mènent chacune une guerre de femmes, comme elles sont appelées à le faire, sur des fronts différents mais essentiels.

L’OEIL DE DIAMANT

À parts égales de fiction historique et de thriller captivant, le dernier roman de Quinn célébrant les femmes héroïques s’inspire de la vie de Lyudmila Pavlichenko, une légendaire tireuse d’élite soviétique créditée d’avoir tué plus de 300 combattants ennemis lors de la lutte soviétique contre l’invasion nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. L’imagination et les recherches approfondies de Quinn transforment ce récit d’une femme extraordinairement talentueuse en un roman d’action hautement cinématographique qui rend hommage à toutes les femmes dans l’armée. Sa tension est palpable alors que Quinn dépeint les horribles pertes humaines sur le front russe et les affrontements angoissants qui opposent Pavlichenko aux meilleurs tireurs d’élite allemands. Le Pavlichenko de Quinn est multidimensionnel : un patriote, un bibliothécaire, une mère aimante et une femme qui a fait face à des préjugés dans l’armée soviétique principalement masculine. Une histoire parallèle fascinante raconte la visite de Pavlichenko aux États-Unis pour plaider en faveur de l’aide de guerre américaine et l’amitié réelle qu’elle partageait avec Eleanor Roosevelt. (Disponible le 29 mars)

SON GÉNIE COUPABLE

Rosalind Franklin était une scientifique britannique extraordinaire qui, dans les années 1940, a découvert la double hélice de l’ADN qui a aidé à révéler les secrets cachés des éléments constitutifs de la vie. Des collègues masculins pleins de ressentiment l’ont rabaissée et insultée, puis lui ont volé ses recherches en partie pour empêcher une femme de recevoir le moindre crédit. Benedict, qui a écrit des romans sur Agatha Christie et Clementine Churchill, donne vie au courage et à l’esprit de Franklin ainsi qu’au harcèlement sexuel auquel elle a été confrontée dans l’exécution de son travail méticuleux. Bien que l’histoire traîne parfois sous le poids d’expériences et de données scientifiques minutieusement détaillées, l’accent mis sur les femmes scientifiques en fait une contribution inhabituelle aux archives historiques.

LES ÉPOUSES DU TABAC

Ce premier roman ne se concentre pas autant sur des personnages historiques qu’il donne vie à un amalgame de droits de combat pour les femmes travaillant dans l’industrie du tabac en Caroline du Nord au milieu du XXe siècle. Originaire de Caroline du Nord, Myers raconte son histoire fascinante à travers les yeux de Maddie Sykes, 15 ans, qui trouve accidentellement une lettre confidentielle détaillant les dangers que représente le tabagisme pour les femmes enceintes. Sa découverte coïncide avec le lancement d’une cigarette à la menthe ciblant les femmes avec la promesse d’améliorer leur santé. Ce mensonge est promu alors même que les femmes de la ville fictive de Bright Leaf font une fausse couche ou accouchent prématurément. Le roman de Myers est autant une histoire de passage à l’âge adulte qu’une leçon sur le pouvoir de la classe ouvrière d’apporter le changement. (Disponible le 22 mars)

.

Next Post